La production énergétique n’est ni renouvelable ni soutenable (par Steven Smith)

La pres­sion aug­mente pour la réduc­tion des émis­sions de gaz à effet de serre, afin de ralen­tir le chan­ge­ment cli­ma­tique. La plu­part des gens sug­gèrent pour cela de quit­ter les com­bus­tibles fos­siles pour se diri­ger vers des alter­na­tives comme le vent, le solaire, la marée et la géo­ther­mie. De telles sources alter­na­tives d’énergie sont sou­vent décrites comme « renou­ve­lables », ou « sou­te­nables ». Cette ter­mi­no­lo­gie implique pour la plu­part des gens que de telles alter­na­tives peuvent répondre à notre demande en éner­gie à per­pé­tui­té, sans pol­luer l’environnement. C’est faux, et cela va entrai­ner de graves erreurs dans les prises de décisions.

L’énergie géné­rée pour l’usage humain ne peut pas être « verte », « propre », « renou­ve­lable » ou « sou­te­nable ». Ces mots font tous par­tie du voca­bu­laire du Green­wa­shing (éco­blan­chi­ment) « édul­co­rant », uti­li­sé pour ser­vir les inté­rêts poli­tiques ou cor­po­ra­tistes, ou sim­ple­ment uti­li­sés en rai­son d’une mau­vaise com­pré­hen­sion. Ils n’ont aucun fon­de­ment dans le lan­gage ou la pen­sée scien­ti­fique rigoureuse.

« Je veux que tu passes à l’éner­gie solaire »

Pour faire simple, la Terre peut être consi­dé­rée comme un sys­tème de ther­mo­dy­na­mique ouvert en termes d’énergie mais fer­mé en ce qui concerne la matière. Le soleil conti­nue à envoyer de l’énergie à la Terre, et de l’énergie est réémise dans l’espace, à un taux ne variant plus ou moins pas. Sur une très longue période (plu­sieurs mil­lions d’années) il y a une aug­men­ta­tion pro­gres­sive de l’entropie et une perte d’énergie nette de la Terre vers le reste de l’Univers, mais ce pro­ces­sus natu­rel n’est pas signi­fi­ca­tif à l’échelle de la vie humaine.

Cepen­dant, les êtres humains sou­haitent de plus en plus conver­tir les radia­tions solaires en dif­fé­rentes formes d’énergie comme l’électricité ou les car­bu­rants solaires, qui peuvent accom­plir un tra­vail. Cela ne peut être accom­pli qu’en créant des appa­reils ou des machines capables de conver­tir une forme d’énergie en une autre, les matières pre­mières ser­vant à construire ces engins étant extraites de la couche ter­restre. Ces dis­po­si­tifs ont une durée de vie limi­tée et dépendent à leur tour d’une infra­struc­ture (trans­port, villes, usines, uni­ver­si­tés, police, etc.) pour leur main­te­nance et leur mise en œuvre, qui a, elle aus­si, une durée de vie limi­tée. Cela requiert conti­nuel­le­ment raf­fi­nage, extrac­tion minière et pro­ces­sus de fabrication.

Dans une usine de pan­neaux solaires, en Chine.

La quan­ti­té d’énergie solaire cap­tée par ces dis­po­si­tifs ne sera jamais suf­fi­sante pour res­tau­rer la Terre dans sa condi­tion ini­tiale. Ceci en rai­son du second prin­cipe de la ther­mo­dy­na­mique. C’est-à-dire que les pro­ces­sus d’extraction minière, de construc­tion et d’assemblage, pour conver­tir et uti­li­ser l’énergie, épuisent et dégradent inexo­ra­ble­ment les res­sources miné­rales de la Terre. Irré­ver­si­ble­ment et de manière insou­te­nable. Qu’il s’agisse du solaire, de l’éolien, de l’hydraulique, du char­bon, des bio-car­bu­rants, du nucléaire ou de la géo­ther­mie. Elles sont toutes insou­te­nables selon les lois de la physique.

Le second prin­cipe de la ther­mo­dy­na­mique nous explique éga­le­ment que nous ne pou­vons pas com­plè­te­ment recy­cler les res­sources qui ont été extraites de la Terre et trai­tées pour uti­li­sa­tion (comme les métaux, l’hélium ou l’engrais phos­phate). Plus le pour­cen­tage de ce que nous sou­hai­tons recy­cler aug­mente, plus le coût éner­gé­tique aug­mente de manière dis­pro­por­tion­née. Peu importe, donc, que les res­sources que nous sou­hai­tons uti­li­ser soient tou­jours dans le sol ou en cir­cu­la­tion à la sur­face, l’industrie humaine épui­se­ra et per­dra inévi­ta­ble­ment ces ressources.

Agbog­blo­shie, au Gha­na, cime­tière élec­tro­nique. Mais C’est cool, c’est recy­clé, n’est-ce pas.

Plus il y a d’êtres humains sur Terre, plus nous consom­mons d’énergie, et plus la dégra­da­tion des res­sources de la Terre est rapide et éten­due. L’humanité [NdT : la civi­li­sa­tion indus­trielle, plus pré­ci­sé­ment] est comme une immense machine orga­nique, uti­li­sant de l’énergie pour extraire et épui­ser les miné­raux. Plus nous ali­men­tons ce sys­tème en éner­gie, plus la vitesse de la dégra­da­tion aug­mente. L’énergie issue de la fusion nucléaire, si elle venait à exis­ter, s’avèrerait par­ti­cu­liè­re­ment com­pé­tente en terme de dégra­da­tion des res­sources et de l’environnement (l’une des consé­quences d’une telle tech­no­lo­gie peut être de conver­tir nos réserves de lithium en hélium qui s’échapperait de l’atmosphère ter­restre et serait per­du pour toujours).

L’énergie pro­duite pour l’usage humain est aus­si insou­te­nable et aus­si non-renou­ve­lable que l’extraction minière. Par­ler d’énergie « renou­ve­lable », ou « sou­te­nable » est un oxy­more, tout comme « l’extraction sou­te­nable » ou le « déve­lop­pe­ment durable/soutenable ». Plus nous uti­li­sons d’énergie, moins l’humanité est sou­te­nable. Plus vite les gens com­prennent ça, plus vite nous pour­rons nous pla­cer sur le che­min de la réduc­tion de la consom­ma­tion éner­gé­tique, au lieu de nous accro­cher aux chi­mères des sources d’énergie alter­na­tives qui per­pé­tuent l’insoutenable.

Dans de futurs articles je mon­tre­rais que les limites seront ren­con­trées d’ici quelques décen­nies, et non quelques siècles, et que la lutte pour les res­sources aug­men­te­ra la demande en éner­gie issue de com­bus­tibles fos­siles.

Ste­ven Smith


Ste­ven Smith est pro­fes­seur de bio­lo­gie à l’u­ni­ver­si­té d’Australie-Occidentale.

Source : Article ori­gi­nal.

Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
5 comments
  1. L’au­teur de l’ar­ticle n’a com­pris qu’une petite par­tie de la seconde loi de la ther­mo­dy­na­mique. Il l’ap­plique à tort et à tra­vers de façon qu’en par­tant de pos­tu­lats justes il arrive à une conclu­sion fausse.

    Par example il ne com­prend pas qu’a­vec de l’éner­gie on peut réduire l’en­tro­pie, donc res­tau­rer des éco­sys­tèmes ou recy­cler des matériaux.

    Tout est donc lié à la dis­po­ni­bi­li­té de l’éner­gie, la matière ne dis­pa­raît pas (sauf sous forme d’éner­gie nucléaire). Si cette éner­gie pro­vient du soleil, direc­te­ment ou indi­rec­te­ment (vent mar­rées, vagues, bois, céréales, …) elle est renou­ve­lable pour envi­ron 5 mil­liards d’an­nées. De plus la quan­ti­té d’éner­gie solaire dis­po­nible est bien plus impor­tante que les besoins de l’humanité.

    Evi­dem­ment cela ne veut pas dire qu’il faut faire n’im­porte quoi de cette éner­gie abon­dante, et que notam­ment il serait oppor­tun d’en uti­li­ser plus pour recy­cler et net­toyer les salo­pe­ries des deux der­niers siècles.

    Aus­si, afin d’ac­cé­lé­rer la tran­si­tion, il est sou­hai­table et pos­sible de consom­mer moins d’éner­gie, et moins de biens inutiles. Le déve­lop­pe­ment durable est donc bien la solu­tion, s’il est vrai­ment durable. C’est dans la nuance de la déter­mi­na­tion de ce qui est durable et de ce qui ne l’est pas que le débat doit porter.

  2. Un « espoir » : cer­tains maté­riaux sont abon­dants et peuvent rem­pla­cer les mine­rais rares (exemple : bat­te­rie au sodium au lieu du lithium)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Nous sommes tous Grecs (Chris Hedges)

Le démantèlement corporatiste de la société civile est presque achevé en Grèce. Il est très avancé aux États-Unis. [...] Nous, comme les Grecs, subissons une guerre politique menée par les oligarques du monde. Personne ne les a élus. Ils ignorent l’opinion publique. Et, comme en Grèce, si un gouvernement défie la communauté bancaire internationale, il est la cible d’une exécution. Les banques ne jouent pas selon les règles de la démocratie.[...]
Lire

Oubliez les douches courtes ! (par Derrick Jensen)

Une seule personne sensée aurait-elle pu penser que le recyclage aurait arrêté Hitler, ou que le compostage aurait mis fin à l’esclavage ou qu'il nous aurait fait passer aux journées de huit heures, ou que couper du bois et porter de l’eau aurait sorti le peuple russe des prisons du tsar, ou que danser nus autour d’un feu nous aurait aidés à instaurer la loi sur le droit de vote de 1957 ou les lois des droits civiques de 1964? Alors pourquoi, maintenant que la planète entière est en jeu, tant de gens se retranchent-ils derrière ces "solutions" tout-à-fait personnelles ?