Jancovici en BD : mensonges (pré-)historiques et négation de la domination (par Nicolas Casaux)

Célé­brée dans tous les médias de masse (du Point au Monde, en pas­sant par Télé­ra­ma, Atlan­ti­co, Good­Pla­net, Ouest-France, Chal­lenges, L’Express, etc.), la BD Le Monde sans fin, conjoin­te­ment réa­li­sée par Chris­tophe Blain et l’ingénieur poly­tech­ni­cien Jean-Marc Jan­co­vi­ci — idole d’une nou­velle géné­ra­tion d’écologistes déter­mi­nés à assu­rer l’avenir de la civi­li­sa­tion indus­trielle —, s’avère sans sur­prise un tis­su d’im­bé­ci­li­tés et de men­songes, y com­pris par omis­sion, une pro­pa­gande nucléa­riste en faveur d’une sou­mis­sion renou­ve­lable.

D’abord, on remarque une occul­ta­tion sys­té­ma­tique de l’histoire poli­tique de l’humanité. « On » était chas­seurs-cueilleurs puis « on » est pas­sé à l’agriculture parce qu’« on » en avait envie, puis « on » a construit des villes (« dans tous les pays du monde, les villes ont été construites »), puis « on » a déci­dé d’édifier la civi­li­sa­tion indus­trielle (un « tu » est appa­rem­ment der­rière l’affaire, sans doute la main du des­tin : « tu vides les cam­pagnes et tu mets les gens là où il est plus effi­cace d’échanger le pro­duit des machines »). Le recours aux éner­gies fos­siles, loin d’avoir été une colos­sale erreur encou­ra­gée par des indi­vi­dus peu scru­pu­leux avides de pro­fits, « était un choix logique à l’époque ». Pour quoi ? Pour qui ? L’ingénieur ne com­prend pas la question.

Au tout début de la BD, Jan­co­vi­ci est pré­sen­té comme une sorte de super-héros. Une pré­ten­tion gro­tesque. Fatui­té incroyable.

Exit toute la conflic­tua­li­té, les rap­ports de force, toutes les oppres­sions, exploi­ta­tions et domi­na­tions sociales. Le sujet du déve­lop­pe­ment his­to­rique est une huma­ni­té prise en bloc et réduite à un « on » ou un « nous » (« ça fait 200 ans que nous pas­sons notre temps à rem­pla­cer les éner­gies renou­ve­lables par des fos­siles »). Soit à la volon­té des vain­queurs, aux aspi­ra­tions des domi­nants. Dans le monde de Jan­co­vi­ci, les choses sont simples : « l’énergie a fait croître la popu­la­tion, et cha­cun veut pro­fi­ter des bien­faits de l’énergie » ; « et nos dési­rs sont sans limites. » ; « nous sommes des ani­maux oppor­tu­nistes et accu­mu­la­tifs. » ; « c’est à cause de notre stria­tum. » (La fameuse reduc­tio ad cere­brum[1]).


*

Nous en serions en quelque sorte arri­vés à la civi­li­sa­tion indus­trielle contem­po­raine par la force des choses, au fil d’un déve­lop­pe­ment his­to­rique linéaire par­fai­te­ment logique, sans doute inévi­table. Et par­fai­te­ment faux : la civi­li­sa­tion indus­trielle contem­po­raine résulte d’une longue his­toire de guerres, d’ethnocides, de géno­cides, de colo­ni­sa­tions, d’asservissements, etc., d’innumérables anta­go­nismes, dis­sen­sions, diver­gences. Elle n’est cer­tai­ne­ment pas le fruit d’un désir consen­suel ou de la libre volon­té de tous les humains ou d’un déve­lop­pe­ment bio­phy­sique iné­luc­table — c’est-à-dire du des­tin ou de la fatalité.

*

Par ailleurs, si les auteurs nous rap­pellent les impacts maté­riels de la pro­duc­tion des objets du quo­ti­dien dans la socié­té indus­trielle, par la suite, tous les pro­blèmes des temps pré­sents réduits à une néces­si­té de dimi­nuer les émis­sions de gaz à effet de serre pour endi­guer le réchauf­fe­ment climatique.


Mais par la suite, exit la réa­li­té des nom­breuses manières dont l’écosphère est en train d’être détruite. Aucun ques­tion­ne­ment sur l’usage de l’énergie, qui sert à ali­men­ter des machines, engins ou appa­reils qu’il faut eux-mêmes pro­duire, dont la pro­duc­tion induit nombre d’effets sociaux et éco­lo­giques — tout ça on s’en fout, l’important est uni­que­ment de par­ve­nir à pro­duire de l’énergie de manière durable et décar­bo­née. C’est-à-dire de sou­te­nir le déve­lop­pe­ment du nucléaire. Une bande va même jusqu’à expri­mer le dilemme sui­vant : soit on accepte le nucléaire, soit c’est la des­truc­tion du monde.

Ain­si que le montre la bande ci-des­sus, la radio­lu­mi­nes­cence nous est pré­sen­tée comme un truc cool, avec le grand mage Jan­co­vi­ci brillant façon vert radio­lu­mi­nes­cent (les Radium Girls tiennent à faire remar­quer à Jan­co­vi­ci qu’il peut aller au diable).

Les déchets nucléaires sont tran­quille­ment assi­mi­lés au caca humain.

*

Imman­qua­ble­ment, afin d’associer l’idée d’en finir avec la civi­li­sa­tion indus­trielle à une chose ter­ri­fiante, Chris­tophe Blain et Jean-Marc Jan­co­vi­ci col­portent les men­songes habi­tuels de l’idéologie du Pro­grès : sans la civi­li­sa­tion indus­trielle et ses machines, les humains « s’entretueraient ». Notre espé­rance de vie retom­be­rait à 30 ans (on trouve lit­té­ra­le­ment une vignette dans laquelle un per­son­nage du pas­sé s’estime heu­reux d’avoir dépas­sé 30 ans). Grâce aux machines et à la civi­li­sa­tion, « on » voyage et se déplace plus qu’« avant » ; on tra­vaille moins (on a plus de temps libre). Dif­fi­cile de faire plus faux.

En réa­li­té, la lon­gé­vi­té humaine moyenne dépasse les 60 ans depuis des (dizaines de) mil­liers d’années[2]. Nos loin­tains ancêtres chas­seurs-cueilleurs se dépla­çaient — voya­geaient — sans doute bien plus que le civi­li­sé moyen contem­po­rain[3]. Ils tra­vaillaient bien moins[4], et étaient bien plus libres[5].

D’ailleurs, deux bandes de la BD de Blain et Jan­co­vi­ci effleurent une réflexion impor­tante, cru­ciale même, sur le lien entre déve­lop­pe­ment tech­no­lo­gique et asservissement.

Mal­heu­reu­se­ment, l’examen de ce pro­blème est immé­dia­te­ment avor­té et l’on passe à autre chose. De même que la poli­tique, l’an­thro­po­lo­gie n’est pas le domaine de l’ingénieur.

Outre la pro­pa­gande de l’idéologie du Pro­grès, nos deux com­pères répandent celle de la domi­na­tion éta­tique. Une par­tie de l’État, c’est nous, donc la pro­duc­tion et la consom­ma­tion, c’est nous. Nous sommes tous éga­le­ment res­pon­sables du désastre ambiant. Là encore, de gros­siers men­songes pour exo­né­rer les riches et les puis­sants, qui en sont les pre­miers et prin­ci­paux res­pon­sables. Là encore, il s’agit de pas­ser sous silence la véri­table nature — inéga­li­taire, anti­dé­mo­cra­tique — de l’État, des pseu­do­dé­mo­cra­ties modernes.

Mais, bien enten­du, Chris­tope Blain et Jean-Marc Jan­co­vi­ci ne sont pas Louise Michel et Pierre Kro­pot­kine, ne sont pas du genre à remettre en ques­tion les ori­peaux « démo­cra­tiques » de l’État (fran­çais ou non), à nous rap­pe­ler que :

« Ceux que l’on qua­li­fie de “pères fon­da­teurs” des “démo­cra­ties” modernes aux États-Unis et en France, mais aus­si au Cana­da et ailleurs, n’ont jamais pré­ten­du fon­der une démo­cra­tie. Bien au contraire, ils étaient ouver­te­ment et farou­che­ment anti­dé­mo­crates, car ils ne vou­laient pas que le peuple puisse se gou­ver­ner direc­te­ment. Ils étaient en faveur d’une “répu­blique”, terme par lequel ils dési­gnaient un régime dans lequel le pou­voir légis­la­tif se trouve entre les mains des par­le­men­taires aux­quels le pou­voir exé­cu­tif — le gou­ver­ne­ment — doit rendre des comptes et, très sou­vent, deman­der d’approuver le bud­get et le choix des ministres. Leur modèle n’était pas Athènes, mais bien Rome, avec son sénat, ses élec­tions et l’absence d’assemblées popu­laires. À Rome, déjà, Quin­tus Cicé­ron expli­quait aux can­di­dats, dans son Petit manuel de cam­pagne élec­to­rale, que l’électorat pré­fère “un men­songe de ta part plu­tôt qu’un refus” et que “ce qui est indis­pen­sable, c’est de connaître le nom des élec­teurs, de savoir les flat­ter, d’être assi­du auprès d’eux, de se mon­trer géné­reux, de soi­gner sa répu­ta­tion et de sus­ci­ter, pour la manière dont on condui­ra les affaires de l’État, de vifs espoirs”. Le par­le­men­ta­risme s’inscrit donc dans une vieille tra­di­tion de l’Antiquité, mais qui n’a rien à voir avec Athènes et sa démo­cra­tie (directe). La caste par­le­men­taire ne com­men­ce­ra à se pré­tendre “démo­crate” et à uti­li­ser le mot “démo­cra­tie” pour par­ler de l’État que deux géné­ra­tions après la fon­da­tion des États-Unis d’Amérique ou de la pre­mière Révo­lu­tion fran­çaise, et aus­si tar­di­ve­ment que vers 1917 au Cana­da. Cette nou­velle ter­mi­no­lo­gie ne s’est accom­pa­gnée d’aucun chan­ge­ment ins­ti­tu­tion­nel venant ren­for­cer la capa­ci­té du peuple de par­ti­ci­per direc­te­ment à la poli­tique. Il s’agissait avant tout d’une stra­té­gie de mar­ke­ting poli­tique en période élec­to­rale : se dire démo­crate per­met­tait de séduire les foules et de se pré­sen­ter comme un vrai défen­seur des inté­rêts du peuple[6]. »

& effec­ti­ve­ment, la plu­part des ins­ti­tu­tions qui consti­tuent aujourd’hui l’État fran­çais sont héri­tées de la dic­ta­ture bona­par­tiste, voire de régimes d’époques anté­rieures que per­sonne n’oserait pré­tendre démo­cra­tiques[7]. Affir­mer que l’État c’est nous et que nous sommes toutes et tous res­pon­sables de la catas­trophe sociale et éco­lo­gique en cours, c’est donc encore se faire le porte-voix des men­songes des puis­sants, de la classe dominante.

In fine, la « décrois­sance » que pro­meut Jean-Marc Jan­co­vi­ci est une imbé­ci­li­té dou­blée d’une impos­si­bi­li­té. Loin d’encourager la seule chose pou­vant à la fois résoudre les inéga­li­tés sociales et le désastre éco­lo­gique, à savoir la sor­tie de la socié­té indus­trielle, la dés­in­dus­tria­li­sa­tion du monde, le déman­tè­le­ment de l’État et du capi­ta­lisme, l’ingénieur nucléa­riste pré­tend qu’une civi­li­sa­tion tech­no-indus­trielle durable est pos­sible, mais dans laquelle on consom­me­rait tous moins, notre consom­ma­tion de viande serait ration­née, nos loge­ments mieux iso­lés, nos voi­tures, vélos et bus élec­triques, notre éclai­rage basse consom­ma­tion, nos appa­reils plus per­for­mants, etc. (et tout le tra­la­la de la dura­bi­li­té techno-industrielle).

Jan­co­vi­ci est pour­tant conscient, et c’est expo­sé dans la BD, qu’aucune pro­duc­tion indus­trielle (d’énergie, de mar­chan­dises, d’objets) n’est éco­lo­gique, que le nucléaire implique lui aus­si — même si dans une moindre mesure — des dégra­da­tions envi­ron­ne­men­tales et génère des pol­lu­tions. Néan­moins, il prend le par­ti de défendre l’idée d’une civi­li­sa­tion tech­no-indus­trielle sou­te­nable. En effet, le nucléaire, selon Jan­co­vi­ci, « nous per­met­tra de conser­ver une par­tie, et une par­tie seule­ment, de ce que nous avons aujourd’hui ». De per­pé­tuer — pour encore quelque temps — l’existence d’une civi­li­sa­tion indus­trielle basse consom­ma­tion, donc, et avec elle des inéga­li­tés, injus­tices, sociales et sexuelles — le patriar­cat — et des ravages éco­lo­giques qu’elle implique.

Une des seules choses per­ti­nentes que Blain et Jan­co­vi­ci sug­gèrent, c’est la relo­ca­li­sa­tion de la pro­duc­tion de nour­ri­ture. Effec­ti­ve­ment, l’autonomie ali­men­taire est tout à fait sou­hai­table. Mais elle doit aller de pair avec une auto­no­mie poli­tique, éner­gé­tique, tech­nique. Une auto­no­mie complète.

Or, comme le note le phi­lo­sophe Auré­lien Ber­lan dans un récent ouvrage que nous ne sau­rions trop vive­ment vous recom­man­der, et auquel nous vous ren­voyons pour une ana­lyse plus com­plète de l’iniquité et de l’insoutenabilité du capi­ta­lisme indus­triel, « pour renouer mas­si­ve­ment avec l’autonomie, il va fal­loir des luttes d’ampleur, notam­ment autour du fon­cier : reprendre la terre aux machines (indus­trielles, éta­tiques, tech­nos­cien­ti­fiques, etc.) qui la détruisent […] et la rendre aux humains qui veulent vrai­ment chan­ger de mode de vie[8] ».

Nico­las Casaux


  1. Voir : https://aoc.media/opinion/2021/04/08/le-biais-bronner-ou-la-reductio-ad-cerebrum/
  2. « Les chas­seurs-cueilleurs béné­fi­ciaient de vies longues et saines » : https://www.partage-le.com/2016/03/21/les-chasseurs-cueilleurs-beneficiaient-de-vies-longues-et-saines-rewild/
  3. Dans leur livre Au com­men­ce­ment était… Une nou­velle his­toire de l’humanité, par ailleurs très pro­blé­ma­tique, David Grae­ber et David Wen­grow rap­pellent jus­te­ment que déjà, au Paléo­li­thique supé­rieur, « hommes et femmes pou­vaient voya­ger sur de très longues dis­tances à divers moments de leur vie », qu’il y a encore «  quelques siècles, cer­taines formes d’organisation régio­nale se déployaient sur des mil­liers de kilo­mètres », et remarquent :« […] nous pen­sons géné­ra­le­ment que le pro­grès tech­no­lo­gique tend à contrac­ter le monde. Sur le plan pure­ment phy­sique, c’est évi­dem­ment le cas : il est indé­niable que la domes­ti­ca­tion des che­vaux et le per­fec­tion­ne­ment conti­nu des tech­niques de navi­ga­tion, pour ne prendre que ces deux exemples, ont gran­de­ment faci­li­té les dépla­ce­ments. Mais l’augmentation numé­rique des popu­la­tions humaines semble avoir eu l’effet inverse. Plus l’histoire avance, moins on voit d’êtres humains entre­prendre de grands voyages ou par­tir vivre très loin de chez eux. Obser­vé sur le temps long, le rayon de déploie­ment des rela­tions sociales se rétré­cit bien plus qu’il ne s’étend. »
  4. Cf., par exemple, le der­nier ouvrage de l’anthropologue James Suz­man, Tra­vailler. La grande affaire de l’humanité, dans lequel il rap­pelle que contrai­re­ment à ce que l’on croyait jusqu’au milieu du XXe siècle, les chas­seurs-cueilleurs tra­vaillent et tra­vaillaient bien moins que le civi­li­sé moyen d’aujourd’hui. Il rap­porte, entre autres, les décou­vertes de l’anthropologue Richard B. Lee :« Dix-huit mois après son arri­vée au Kala­ha­ri, Lee ras­sem­bla ses car­nets de notes et leva le camp. Une fois ren­tré aux États-Unis, il pré­sen­ta les résul­tats de ses recherches lors d’un congrès inti­tu­lé “Man the Hun­ter” [L’Homme ce chas­seur], qu’il orga­ni­sa en avril 1966 avec son col­lègue DeVore à l’université de Chi­ca­go. L’information s’étant répan­due que de nou­velles idées sur­pre­nantes seraient dévoi­lées lors de cette confé­rence, quelques grands noms de l’anthropologie, dont Claude Lévi-Strauss, tra­ver­sèrent l’Atlantique pour y assister.Les révé­la­tions de Lee don­nèrent le ton à ce qui allait deve­nir l’un des congrès les plus remar­qués de l’histoire de l’anthropologie moderne. Dans une pré­sen­ta­tion désor­mais célèbre, Lee révé­la com­ment les Ju/’hoansi l’avaient per­sua­dé que, contrai­re­ment aux idées reçues, “la vie dans un état de nature n’est pas néces­sai­re­ment désa­gréable, bru­tale et courte”.Lee expli­qua à son audi­toire qu’en dépit du fait qu’il avait mené ses recherches pen­dant une séche­resse si sévère que la plu­part des popu­la­tions rurales du Bots­wa­na sur­vi­vaient grâce à une aide ali­men­taire d’urgence, les Ju/’hoansi n’avaient pas eu besoin d’aide exté­rieure et se nour­ris­saient faci­le­ment des végé­taux sau­vages qu’ils ramas­saient et du pro­duit de leur chasse. Chaque indi­vi­du du groupe qu’il avait sui­vi consom­mait en moyenne 2 140 calo­ries par jour, un chiffre supé­rieur de près de 10 % à la consom­ma­tion quo­ti­dienne recom­man­dée pour des per­sonnes de leur sta­ture. Plus remar­quable encore, les Ju/’hoansi se pro­cu­raient toute la nour­ri­ture dont ils avaient besoin grâce à “un modeste effort” — si modeste, en fait, qu’ils avaient beau­coup plus de “temps libre” que des per­sonnes tra­vaillant à plein temps dans le monde indus­tria­li­sé. Notant que les enfants et les per­sonnes âgées dépen­daient des autres pour leurs res­sources, Lee avait cal­cu­lé que les adultes éco­no­mi­que­ment actifs consa­craient en moyenne un peu plus de dix-sept heures par semaine à la quête de nour­ri­ture, et vingt heures sup­plé­men­taires à d’autres tâches comme la pré­pa­ra­tion de la nour­ri­ture, le ramas­sage du bois, la construc­tion d’abris et la fabri­ca­tion ou la répa­ra­tion d’outils – ce qui cor­res­pon­dait à moins de la moi­tié du temps que les Amé­ri­cains consacrent à leur emploi, au trans­port pour s’y rendre et à leurs tâches domes­tiques. »
  5. Là encore, la lec­ture de n’importe quel ouvrage d’anthropologie des chas­seurs-cueilleurs devrait per­mettre de le réa­li­ser. Les livres men­tion­nés dans les notes pré­cé­dentes, celui de Suz­man comme celui de Grae­ber et Wen­grow, en parlent. Grae­ber et Wen­grow évoquent nombre de réac­tions de civi­li­sés face au mode de vie des « sau­vages » du Nou­veau Monde. Voi­ci par exemple ce qu’écrivait en 1642 à pro­pos des Mon­ta­gnais-Nas­ka­pis le mis­sion­naire jésuite Le Jeune, supé­rieur pro­vin­cial pour le Cana­da dans les années 1630 :« Ils s’imaginent que par droit de nais­sance ils doivent jouir de la liber­té des ânons sau­vages, ne ren­dant aucune sub­jec­tion à qui que ce soit, sinon quand il leur plaît. Ils m’ont repro­ché cent fois que nous crai­gnons nos capi­taines, mais pour eux qu’ils se moquaient et se gaus­saient des leurs ; toute l’autorité de leur chef est au bout de ses lèvres ; il est aus­si puis­sant qu’il est élo­quent, et quand il s’est tué de par­ler et de haran­guer, il ne sera pas obéi s’il ne plaît aux sau­vages. »
  6. Fran­cis Dupuis-Déri, Nous n’irons plus aux urnes, Lux, 2019.
  7. Voir : https://www.partage-le.com/2018/08/01/de-la-royaute-aux-democraties-modernes-un-continuum-antidemocratique-par-nicolas-casaux/
  8. Auré­lien Ber­lan, Terre et Liber­té, édi­tions La Len­teur, 2021.

Print Friendly, PDF & Email
Total
46
Shares
2 comments
  1. A choi­sir entre Jan­co­vi­ci et Ber­lan, je choi­sis évi­dem­ment le second. Même si je lui trouve le même défaut que dans votre dis­cours : par­ler d’un monde fan­tas­mé, qui n’exis­te­ra jamais. Jan­co­vi­ci prend acte que l’é­cra­sante majo­ri­té des hommes a été dres­sée à pen­ser que l’ex­tinc­tion des géné­ra­tions futures est infi­ni­ment pré­fé­rable à la réduc­tion de leur confort tech­no­lo­gique immé­diat. Par­tant de là, il cherche une voie pra­ti­cable, certes loin de l’i­déal et dépo­li­ti­sée pour ne pas « faire peur », en vue de sevrer en dou­ceur l’hu­ma­ni­té. C’est le rôle qu’il ass­signe au nucléaire, vu comme un amor­tis­seur, et pas comme une pana­cée. Parce que très concrè­te­ment, le retour bru­tal à une vie de chas­seurs-cueilleurs, si tant est qu’il soit encore pos­sible dans un monde aus­si arti­fi­cia­li­sé, signi­fie la mort de 99% de la popu­la­tion humaine. Remar­quez du reste que le sevrage éner­gé­tique à la sauce Jan­co­vi­ci est déjà into­lé­rable pour l’im­mense majo­ri­té des contem­po­rains. Cela revien­drait pour­tant à reve­nir au niveau de vie des popu­la­tions du Chia­pas et du Roja­va, ce qui ne me paraît pas si mal, et ouvri­rait la voie à un autre hori­zon poli­tique. Le prin­ci­pal reproche que je ferais à son approche, c’est que comme vous l’a­vez déjà sou­li­gné maintes fois, on ne conduit pas une cen­trale nucléaire en auto­ges­tion, les choix tech­niques impo­sant les orga­ni­sa­tions sociales. A tous ceux que l’au­to­no­mie poli­tique n’in­dif­fere pas, la voie pro­po­sée par Jan­co­vi­ci semble donc moins féconde que celle de l’au­to­no­mie maté­rielle peinte par Ber­lan. Reste une ques­tion très concrète posée par Lieux Com­muns que les par­ti­sans de la Décrois­sance n’af­frontent jamais : « une socié­té ayant renon­cé à la force méca­nique se désigne immé­dia­te­ment comme une proie à ses voi­sines moins scrupuleuses ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Convergence des luttes : Frapper où ça fait mal (par Theodore Kaczynski)

Il est généralement admis que la variable fondamentale qui détermine le processus historique contemporain repose sur le développement technologique (Celso Furtado). Plus que tout, c’est la technologie qui est responsable de l’état actuel du monde et qui contrôlera son développement ultérieur. De sorte que le bulldozer qu’il nous faut détruire est la technologie moderne elle-même. [...]
Lire

Sauver des vies ? Pour quoi faire ? (par Nicolas Casaux)

Depuis qu’elle est obsédée par la reproduction de son cheptel humain, de multiplier ses « ressources humaines », la civilisation dégrade inversement le monde naturel. Cependant, elle n’a que faire d’imposer à ses sujets des conditions de vie exécrables, des vies misérables, indignes. [...]
Lire

De l’aveuglement positiviste

Si positiver consistait simplement à voir le bon côté des choses, à jouir d'un verre à demi-plein au lieu de se lamenter devant un verre à demi-vide, rien à dire, c'est du sain Épicurisme. Mais positiver ne s'en tient pas là : on s'efforce de méconnaître "le négatif", les limites, inhérentes à la nature de l'être, les faiblesses, les ratages inévitables. C'est l'école de l'inauthenticité.